La photographie conceptuelle japonaise durant les années 1970 aux Galeries Christophe Gaillard et 1900-2000. La photographie, surface de dialogue.

Deux galeries parisiennes, Christophe Gaillard et 1900-2000, s’associent pour présenter actuellement un ensemble de 42 œuvres réalisées par 6 artistes japonais durant les années 1970.

IMG_20170610_171455[1]
Masafumi Maita, Situation n 1, 1973.
Si la photographie japonaise de la même période est aisément visible, le Bal a encore présenté récemment une exposition consacrée au mouvement Provoke, la photographie conceptuelle japonaise de cette même période est assez peu montrée voire invisible en France.

C’est donc avec beaucoup de curiosité que j’ai visité les deux galeries associées à cette occasion. Les œuvres de Norio Imai, Kazuyo Kinoshita, Masafumi Maita, Kanji Wakae, Katsuro Yoshida et Masaki Nakayama se répartissent sur les murs des deux galeries. Certains sont présentés dans les deux.

La Galerie Christophe Gaillard se focalise sur les œuvres sérielles et plutôt de grand format, quand la galerie 1900-2000,elle, présente des œuvres de format plus réduit et plusieurs collages réalisés dans ces années-là.

IMG_20170610_171328[1]
Koji Wakae Newspaper 1973.
Ce qui est très intéressant dans ces expositions c’est de voir ces artistes photographes travailler la matérialité de la surface photographique. En effet, si la photographie a longtemps été travaillée par sa fonction de représentation et son rapport forcément complexe au réel, sa surface matérielle n’a été que plus récemment pensée et mise en scène de façon conceptuelle.

Tandis qu’au même moment et au même endroit au Japon, d’autres photographes œuvraient à détourner la photographie pour en faire un outil subjectif de contestations sociale et politique, quelques-uns parmi ceux exposés ici, ont quant eux tenté d’élargir les moyens d’expression de la photographie en explorant d’autres voies. Ceux-ci jouent à déconstruire et à réinterpréter en expérimentant des cohabitations nouvelles.

IMG_20170617_164246[1]
Kinoshita Kazuyo « 78-14 » 1978, Feutre sur photographie.
Pour ce faire, ils usent d’éléments matériels divers : néon, coupures de journaux insérés dans des photographies de journaux, traces de lignes faites au feutre, collages sérigraphies etc..

Masaki Nakayama illustre joliment cette fécondation de la photographie par d’autres moyens plastiques et matériels. Dans sa superbe série Body Scale de 1977, un corps            ( celui de l’artiste? ) semble se plier à des figures de géométrie métalliques. Son corps semble s’insérer de manière harmonieuse dans des figures géométriques closes. A chaque image, une photographie s’insère dans quelque chose de plus grand qui la dépasse et l’englobe créant ainsi un dialogue.

IMG_20170610_171125[1]
Masaki Nakayama, Body scale circle & triangle, 1977.
Le sens de l’œuvre semble ainsi indécis. De prime abord on peut penser que le corps à l’image, la photographie, plie face à un ensemble plus complet. D’un autre point de vue, la photographie y figure aussi  un îlot plus petit certes mais un ilot irréductible par rapport à l’ensemble. C’est en la réduisant à son plus simple appareil figuratif que paradoxalement l’on peut mieux discerner la plasticité de la photographie.

On ne peut demander à la photographie plus qu’elle ne peut, tout est donné à voir à sa surface même, mais par interaction avec d’autres matériels cette limite apparente peut se féconder et s’enrichir de sens nouveaux. C’est ce que les photographes exposés ont tenté d’explorer au moyen de ces pratiques nouvelles dans les années 1970.

Ainsi, tel un contrepoint bienvenu au surplus d’images formatées du Japon dont nous sommes abreuvés, ces deux expositions nous donnent un aperçu d’un autre versant tout aussi bouillonnant et moins connu de la photographie japonaise durant ces années-là.

Le site de la Galerie Christophe Gaillard : http://galeriegaillard.com/fr/expositions/presentation/124/japanese-conceptual-photography-from-the-1970-s

Le site de la Galerie 1900-2000 : http://www.galerie1900-2000.com/index.php/event/show/photographie-conceptuelle-japonaise-des-annees-70-norio-imai-kazuyo-kinoshita-masafumi-maita-kanji-wakae-katsuro-yoshida-masaki-nakayama

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s