« Abstractions » de Ray Metzker à Les Douches-la Galerie. Le photographe démiurge.

La Galerie Les Douches à Paris présente jusqu’au 27 mais une sélection de 69 tirages réalisés par le photographe américain Ray Metzker (1931-2014).

Il y a des passages obligés dès qu’il s’agit de Metzker, comme celui  d’indiquer qu’il a été l’élève de Harry Callahan et Aaron Siskind à l’Art Institute de Chicago héritier du Bauhaus. Son œuvre en a évidemment été marquée et il est en effet indéniable qu’il a suivi la voie de l’abstraction tracée par son maître Callahan.

Dans l’exposition des Douches, est présenté un corpus de tirages magistraux issus de plusieurs séries différentes toutes ayant plus ou moins pour décor la ville. Chicago où il étudia et Philadelphie sa ville natale, principalement. Quelques images d’un voyage en Europe et notamment en Espagne sont aussi présentées.

IMG_20170311_153756
Atlantic City 1966.

Des différentes séries, Early Philaphia, City Whispers ou Atlantic City et Chicago, les images sont présentées pêle-mêle en tenant plus compte des sujets humains ou décoratifs et des techniques employées : Double exposition, surimpressions et couplets. Si cet accrochage thématique ne permet pas de voir la progression de l’artiste dans la maîtrise de sa technique complexe, elle permet toutefois de dégager des obsessions et des leitmotiv qui reviennent de série en série et sous différentes techniques.

Ce qui saute aux yeux dès qu’on se trouve en face des images de Metzker c’est sa façon de strier le cadre de rais de lumière. N’ayant aucune espèce de pudeur pour les sujets humains qui peuplent ses images, seul le motif construit par opposition entre ombre et lumière l’intéresse. Le sujet humain de ses photographies se trouve ainsi souvent pris entre deux. Réalisant ainsi une sorte projet ontologique de la photographie, faire la lumière sur ses semblables avant que ceux-ci ne soient définitivement renvoyés à l’ombre. D’où ce sentiment de mélancolie et d’attente qui affleure dans ses images.

Ce pouvoir démiurge héritier d’une vieille tradition picturale du clair obscur est ici amené à la ligne de crête fine des limites de l’abstraction.

En effet, composer recomposer, un réel donné à son image, est au centre de la démarche photographique de Ray Metzker. Le réel urbain ne lui convenait pas et nous non plus, le voici qu’il l’a désarticulé et transformé en poussière pour lui insuffler une nouvelle réalité. Une réalité strictement photographique cette fois-ci, crée par les moyens et les techniques à sa portée.

Mais il n’y a pas que les sujets humains qui souffrent dans ses images. Les motifs urbains par excellence : buildings, mobilier urbain, sont éclatés, les négatifs réarrangés pour en extraire une vision de la ville qu’on n’avait jamais vue.

Les capots de voiture brillent dans la lumière, qu’à cela ne tienne, le voici qu’il se sert de la lumière réfléchie pour créer un volume de forme éloigné du motif originel.

IMG_20170311_153337

Il n’y a que quelques images faibles dans l’exposition. Celles réalisées en Europe. Dans celles-ci le mode opératoire de ces images urbaines domestiques semble y être appliqué sans réellement convaincre.

Néanmoins, il s’y aventure à tirer le portrait doloriste d’une femme à Valence qui semble étranger au reste des œuvres exposées. Y apportant comme un sentiment qui nous rassure un peu, non Metzker n’était pas complètement inhumain dans ses travaux.

IMG_20170311_153054

Mais alors comment se fait-il que Metzker se soit mis à désarticuler sa vision du réel? Comme il est certain que de ne pas supporter de voir le réel tel qu’il se présente n’a jamais fait de personne un grand photographe, la singularité de Ray Metzker a été d’opposer à son ennui du réel la transfiguration de celui-ci aux moyens de la photographie.

IMG_20170311_152841.jpg
Philadelphie, Double Frame, 1968.

Ce serait tellement plus simple si tout un chacun pouvait se recréer un réel qui s’accorderait mieux à ses désirs. Mais à défaut, il faut succomber aux signes urbains déconstruits et ré-assemblés par le photographe pour notre plus grand plaisir.

Le site de la galerie : http://www.lesdoucheslagalerie.com/Site/ExpoENcours.html

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s