Dove Allouche à la Fondation Ricard

On ne va pas à la Fondation Ricard comme au moulin tant leurs expos autour de l’art conceptuel transdisciplinaire le plus pointu sont peu évidentes d’accès.

Publicités

On ne va pas à la Fondation Ricard comme au moulin tant leurs expos autour de l’art conceptuel transdisciplinaire le plus pointu sont peu évidentes d’accès.

Un coup d’œil à brochure de l’exposition de quatre pages citant pêle-mêle Derrida, Damisch, Sontag etc… a de quoi effrayer le plus téméraire des visiteurs. D’autant plus qu’en l’absence de tout cartel, la lecture de la brochure s’avère nécessaire pour saisir les clés de compréhension des œuvres de Dove Allouche exposées ici.

L’exposition s’organise autour de deux  types d’œuvres :

Les œuvres de dessin :

A droite dessin de la série Over the Rainbow graphite, encre sur papier et verre soufflé.

A gauche dessin de la série l’enfance de l’art. Hématite, encre sur papier et verre soufflé

Puis sont exposées deux séries d’œuvres utilisant des techniques photographiques :

La série Sunflower étain et argent pur sur papier Cibrachrome,

13006620_1077763435629534_2962764445200283695_n

Pétrographies* RSM 1 tirage argentique. Il s’agit de fines lamelles de stalagmite, provenant de la grotte de Remouchamps en Belgique, agissant comme des négatifs, dont l’image est projetée et l’échelle démultipliée grâce à un agrandisseur photographique.

dove2

 

Au regard de la variété et de la sophistication des techniques utilisées et des références scientifiques du projet, il est malaisé de distinguer de prime abord les intentions de l’artiste.

Et puis, en examinant un temps ces images qui elles-mêmes tentent de fixer le temps sous nos yeux, il semble peu à peu évident que la photographie selon Dove Allouche n’est que mise en lumière de l’interaction de la chimie et du temps à l’œuvre. Autrement dit, l’artiste montre un processus photographique mis à nu.

Ainsi, par le truchement de matériaux et minéraux anciens : stalagmite, étain et argent, il saisit l’actualité de la photographie dans sa résistance à l’écoulement du temps. Aussi, qu’est-ce qu’un stalagmite sinon du temps gelé. Ce même temps gelé fixé et remonté à la surface d’image.

Saisir une actualité de la photographie d’avant la photographie, Une chimie préexistante à la photographie et qui se prolonge à travers elle et donc une permanence de celle-ci, c’est bien là l’objet de cette exposition.

En travaillant à la surface de l’image, Dove Allouche puise profondément dans le mystère de l’image révélée.

*Pétrographies : http://pétrographie/

Le site de la Fondation Ricard : http://www.fondation-entreprise-ricard.com/Expositions/view/112-dove-allouche-exposition

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s